Christian Bille cycliste amateur

Christian Bille  >  Vélo  >  Carnets de route  >  2005  >  Mars

16 mars

Hier concert au Chalet du Lac (Vincennes) un peu arrosé. J’ai loupé la sortie avec Henri et Pierre, je suis donc sortie tout seul pour me décrasser des quelques bières d’hier. Comme j’ai causé pas mal avec mon gourou en matière de vélo, j’ai donc essayé d’appliquer les consignes.

J’ai pas tiré gros. Je n’ai même pas mis la plaque. Suis resté entre 42*16 et 42*22 tout le long sauf pour me faire les 3 tours de Piscop.

Il faut que j’arrive à tourner plus vite les jambes. Je n’ai pas de matos pour voir la cadence de pédalage, mais je pense qu’à 80tours/minute je suis au taquet. J’ai mis l’accent sur le pédalage en m’appliquant de bien tourner les guibolles en poussant aussi en avant et arrière sur les cales. Il faut que cela devienne automatique, j’ai encore pas assez l’habitude des cales et j’ai tendance à pédaler comme avec des pédales normales ou l’appuie vient seulement du haut.

Finalement ça s’est bien passé aujourd’hui. Beau soleil, 19° degrées. Vent favorable pour aller à Piscop. J’ai effectué les tours assis dans la première partie, et en danseuse dans la partie du circuit qui rammene sur la monté qui fait 1km, quelquechose. Retour avec vent 3/4 de face. Pour finir la remonté sur le plateau à Romainville en moyenne à 16km/h.

Bilan :
60 km ce jour
3737 km depuis le 1/08/04
toujours 5kg de trop

17 mars

Sortie citadine aujourd’hui d’une petite vingtaine de bornes. Suis passé chez Laurent pour leur arranger leur connexion internet.

Retour faux plat montant de l’av de la République, la côte vers la place Gambetta, puis Porte de Bagnolet - Porte des Lilas, descente vers Pantin, Romainville et retour sur le plateau par le parc de Romainville.

Le tout toujours sur le 42 avec petit developpement pour faire tourner les jambes et faire travailler le coeur.

Accent sur le travail de pédalage en poussant et tirant sur les pédales. Eh oui, j’ai commencé sur le tard à faire du vélo, et encore ça fait même pas 1 an que j’ai des pédales automatiques, alors tirer sur des pédales est tout nouveau pour moi.

Bilan :
19 km ce jour
3756 km depuis le 1/08/04
toujours 5kg de trop

20 mars

Sortie club. 6h30 debout pour être pret pour le Rallye des Cheminots d’Aulnay. Je ne sais pas trop comment m’habiller parcequ’il va faire chaud vers midi. Pour l’instant 8°.

J’y vais tranquillos au club, je m’échauffe en douceur. Puis club, Aulnay. On part pour la boucle des 85km qui finiront par être 95. Je débute le tout avec petit developpement pour faire monter le palpitant au tours. Je me concentre toujours sur le pousser tirer. Au kilomètre 30 on se sépare du groupe qui fait la boucle des 55km. D’office Jean-Louis se met devant pour accellerer le train, il a envie de se dégourdir les jambes. Moi je me dis que j’ai trop déconné avec mes pousser-tirer en vélocité quand on arrive à la première bosse vers Plailly ou JL mets encore plus dans les pédales. Je me fais un peu lacher par les premiers qui font le classement des grimpeurs(arf). Après ça on se regroupe et on file vers le controle dans la forêt de Senlis (j’ai dejà 80km au compteur depuis le club).

Le retour vers Aulnay se fait d’abord par la fôret de Senlis. Puis le trajet est agrémenté de pas mal de petites bosses qu’on prend avec bon train, vent de face ou je fais aussi ma part de travail devant. Plus ça va mieux je me sens. Commme les autres ont un peu trop déconné au départ, je suis mieux placé dans les "ascencions" (pas non plus déconner, ce ne sont pas les Alpes), une partie des gens qui sont partis avec nous ont laché après le ravito. A la fin j’ai encore le jus pour me faire quelques sprints et une petite pointe de 45km/h au compteur.

Sandwichs, bière, retour au Club, puis Bagnolet. La bosse de Romainville cette fois avec le 42x25 en vélocité, et je me sens encore bien. La sieste était top aussi.

Resumé : Sortie de 155km
Total depuis le 1/08/04 : 3911km

21 mars

Pour décrasser aujourd’hui 2 côtes de Romainville et 1 rue Lénine. Pas trop mal pour une fin de journée de travail. Demi heure de vélo bien sympa.

Bilan :
14 km ce jour

22 mars

Suite du programme d’entraînement aujourd’hui avec une sortie qu’on va faire Pierre, Henri et moi. Il fait assez frais mais le temps s’annonce bien et un vent d’ouest souffle. Première sortie en maillot manche courte et cuissards.

On part sur un circuit que je ne connais pas qui suit un peu la vallée de la Marne en direction de Château Thierry. Mais d’abord on sort de Paris par Aulnay, Montfermeil. A chaque bosse j’attaque comme un cadet, pourtant je devrais faire attention comme je n’en connais aucune des bosses. Mais du coup j’en fais une stratégie d’entraînement pour ce jour, me mettre dans le rouge en début de bosse pour en baver sur le reste de l’ascension et de continuer quand même, ça va être ça le Galibier. Enfin je pense comme je n’ai jamais été dans les Alpes.

Sur le plat on se relaye devant chacun faisant sa part de taff, puis on attaque les bosses chacun à son rythme. Je m’amuse à commencer une bosse en danseuse en sprintant légèrement avec un braquet trop grand, puis je la fini en vélocité. La pompe tourne bien je le sens bien, faudra un jour que je me paye un cardiomachin pour surveiller les pulsations (encore un truc qu’il va falloir m’expliquer J, hein Thierry ) mais je commence à sentir que je dois manger un peu vu que mon petit déj’ n’était pas monstrueux. Je mange mes barres de müsli et je bois assez régulièrement ma flotte au sirop de menthe. Du coup ça tient pas mal.

Petite pause pipi au km 45, pain d’épice (merci Pierre) puis on amorce le retour sur Paris. Henri me met en garde, que j’en garde sous la pédale parce que je continu à tourner les jambes (pousser-tirer hein) et d’attaquer de suite dans les bosses. Il me prévient qu’il y a un sympa faux-plat montant qui va arriver. Quand il arrive je suis prévenu, je reste calme en début d’ascension en revanche à la fin je sors une petite sprintette avec les cuisses qui tirent monstrueux. Du coup je ne suis plus du tout dans le coup pour la dernière bosse avant de redescendre sur Montfermeil, Sevran.

On prend le canal de l’Ourcq, Bobigny et le tour est fini. Je remonte encore la bosse vers Romainville, cette fois-ci avec 14km/h. Pas glorieux, mais bon. Rentré à la maison 97km au compteur, et une grosse assiette de Spaghetti.

Bilan :
97 km ce jour
4027 km depuis le 1/08/04

25 mars

2 Romainville et 1 rue Lénine. Le tout avant d’avoir mangé à midi histoire de voir ce que ça donne quand on a faim :).

Pas trop mal, j’ai monté entre 18 et 19km/h la bosse de Romainville et la rue Lénine est toujours aussi éxigeante pour la pompe.

Ce jour : 14 bornes
Depuis les 1/08/04 : 4044km

26-28 mars

Samedi

Week-end de Pâques à Velars sur Ouche à côté de Dijon. On arrive le samedi et on repart le lundi. Ca me donne 3 jours pour reconnaître les bosses du coin. Après des essais sans succès de mettre ma fille à la sieste, ma belle sœur va promener les deux cousines et j’en profite pour me barrer à vélo en direction de la côte de Pasques (c’est d’époque). Evidemment Velars est dans la vallée de l’Ouche et si on veut en sortir on se tape les raidillons sans échauffement ou alors on roule d’abord le long du canal de l’Ouche pour se mettre en train. Comme je n’ai pas beaucoup de temps j’opte pour la première solution. J’attaque d’office dans Velars la côte et je sens que ça va faire mal de suite. Piscop c’est de la rigolade comparé à ça. Environ 1km de raidillon à 10-13% et mon plateau de 30 ne veut pas passer, obligé de tout monter en 42x25. Je suis mort en haut. Je continu la ballade en direction de Pasques, il y a encore un beau faux plat montant et quelques lacets avec vent de face avant d’arriver. Du coup je descends vers Lantenay, Fleurey sur Ouche et je rentre en style contre la montre le long du canal vers Velars. Une petite boucle de 20 bornes pour voir ce qui se passe dans le coin. J’ai l’impression que mes braquets ne vont pas pour la région. Demain j’y retourne mais cette fois avec échauffement et je me ferais la monté de Lantenay vers Pasques qui est gratiné aussi.

Dimanche

Donc comme prévu je sors avec en tête la boucle Velars - Fleurey - Lantenay - Pasques - Sombernon - Pont de Pany - Urcy - Chamboeuf - Gevrey-Chambertin - Marsannay - Corcelles les Monts - Velars. Ca fleur bon les 75km de sortie remplis de bosses. Et je ne me trompe pas, pas encore super chauffé du départ le long du canal j’aborde Fleurey Lantenay. Ca met en jambe et on voit au loin déjà la montée vers le plateau. Là il y a pareil, bien 2km de monté du style le mieux de Piscop, obligé de me mettre en danseuse même en 30x25 pour monter ça. Après pas de difficulté majeure pour aller vers Sombernon sauf le vent de face qui est toujours là et puis ça monte et descend et ça monte et descend. Sombernon je m’amuse à descendre la côte vers Pont de Pany avec un petit Pic à 65km/h en roue libre. Puis Pont de Pany à droite direction Urcy pour monter les lacets qui sont utilisés pour les courses de côte dans le coin. C’est moins raide que Lantenay, mais plus long. Je monte tout sur le 30 en jouant avec les pignons entre 16 et 24 pour rester en vélocité. Le paysage magnifique, ça ressemble aux Alpes maritimes. En haut je trace vers Chamboeuf. Le tout parsemé de descentes et grimpettes qui attireraient en région parisienne les cyclistes en masse pour l’entraînement, ici c’est pain quotidien. Ca fait plus de 20 ans que je viens à Dijon voir la belle-famille, mais la première fois avec le vélo. Je ne pensais pas qu’il serait aussi dur de rouler ici. De Chamboeuf à Gevrey-Chambertin on passe dans la Combe de Lavaux. Magnifique descente que je décide de faire dans l’autre sens le jour suivant. De Gevrey-Chambertin à Marsannay la Côte je roule sur la Route des Grands Crus (ça donne soif) l’unique petit bout de ma boucle qui me laisse un peu récupérer. Du coup je ne roule pas trop vite parce que je sais que la montée vers Corcelles les Monts va être assez dure. Faux plat montant assez long qui débouche sur les 3 lacets (revêtement assez bosselé au départ pour casser les pattes) puis un bon kilomètre à 8-10% pour achever le Billou. Une fois en haut il suffit de finir le biberon, de faire des étirements pour aborder le dernier coup de pédales puis la descente vers Velars. Je suis rincé. Bizarre ici, j’ai eu l’impression d’avoir eu tout le temps du vent de face, pourtant j’ai fait une boucle. Allez un bon verre de blanc et à table.

Lundi

Comme prévu, je fais le début de ma boucle dominicale à l’envers. Donc Velars - Corcelles à froid. Ben ça tue. Il me faut presque jusqu’à Fixin sur la route des Grands Crus pour retrouver de bonnes sensations dans les jambes. Un peu et je me laisserais aller à rebrousser chemin et faire un long tour par Dijon pour ne plus faire une seule bosse. Mais les jambes reviennent. Donc à Gevrey-Chambertin je tourne à gauche et j’attaque les 5km de montée vers Chamboeuf. Je mets de plus en plus petit, non seulement parce que je n’ai pas les jambes pour monter ça à plus 42x25 mais aussi parce que je veux m’habituer à rouler en vélocité dans les montées, mais en rentrant sur Paris, je me dis je devrais monter du 12*28 et du 51*39*30 parce que pour les Alpes je n’ai pas les bons braquets pour sur. Aujourd’hui j’ai plus le temps d’apprécier le paysage qui ressemble vraiment aux Alpes, même un petit tunnel met dans l’ambiance. En haut je me fais saucer par une raguasse sympa. Je continu direction Urcy ou j’arrive en assez bonne forme pour me faire plaisir en descendant assez vite les virages (ça me rappelle quand je faisais de la moto). En bas à Pont de Pany je repars à nouveau pour un contre la montre vers Velars. Aujourd’hui comme samedi et dimanche toujours du vent de face mais, du confit de canard avec des pâtes à midi. Hmmm.

Bilan du WE : ca 140km
Depuis le 1/08/04 : 4187km